Quel est l’impact écologique du vélo électrique ?

Alternative idéale à la voiture personnelle, le vélo à assistance électrique simplifie les déplacements journaliers en ville tout en limitant son empreinte carbone. Le cycliste est propulsé à l’électricité et peut parcourir des distances moyennes sur ce vélo écologique. Est-ce que ce sont vraiment tous les aspects de l’écologie ?

Comment fonctionne un vélo électrique ?

Le moteur d’un vélo électrique génère l’énergie essentielle pour faire fonctionner le vélo. Le cycliste démarre le moteur en appuyant sur les pédales. En effet, sous l’action du mouvement de la pédale, le capteur envoie un signal électrique au contrôleur pour ouvrir la vanne entre le moteur et la batterie. Les composants d’un vélo électrique sont identiques à celles du modèle classique, mais s’ajoutent avec plusieurs éléments. D’abord, un moteur, qui est généralement installé dans la roue ou dans le pédalier avant ou arrière. Ensuite, une batterie rechargeable, elle peut se situer sous la selle, entre le pneu arrière et la selle, selon le type de moteur et le cadre du vélo.

Certaines batteries sont détachables. Aussi, des capteurs magnétiques placés à hauteur des pédales, ils déclenchent le démarrage du moteur et identifient son fonctionnement. Ils envoient des signaux électriques qui commandent l’assistance électrique limitée à 25 km/h. Le contrôleur électronique reçoit les informations du capteur et commande le démarrage du moteur. Enfin, le boîtier de contrôle sur le guidon de certains modèles de vélo écologique, il permet au cycliste de connaître sa vitesse et de régler son assistance. Sur velo-ecolo.com, vous pouvez trouver plus d’informations sur l’impact écologique des vélos électriques.

Effets positifs des vélos électriques

Les objets émettent de GES ou gaz à effet de serre lorsqu’ils sont fabriqués, utilisés ou à la fin de leur vie utile. Une étude a comparé les empreintes carbone des vélos mécaniques, des vélos électriques, des bus et des voitures particulières sur un même parcours. Les émissions de CO2 du VAE ou vélo à assistance électrique sont estimées à environ 16 g CO2 e/km. Les émissions de gaz à effet de serre du carburant d’un cycliste sont de 6 g CO2 e/km. Ainsi, un vélo électrique émet environ 22 g CO2 e/km, ce qui est très proche des émissions d’un vélo mécanique, tandis qu’une voiture émet environ 271 g CO2 e/km.

Par ailleurs, l’impact écologique d’un vélo électrique est que sa batterie est conçue pour être exempte de plomb, un matériau nocif pour l’environnement, ce qui n’est pas le cas des batteries des autres voitures. De plus, à la fin de sa vie utile, le vélo écologique est recyclé au lieu d’être incinéré. Finalement, la fonction des VAE permet de fluidifier la circulation et de désengorger les grandes lignes routières, réduisant ainsi les nuisances sonores et environnementales. Par conséquent, les vélos électriques semblent être l’un des véhicules à moteur les plus efficaces pour protéger l’environnement.

La batterie VAE promet l’innovation

Les vélos électriques actuels utilisent des batteries lithium-ion qui ont un impact direct et indirect sur l’environnement. Effectivement, l’autonomie de la batterie dépendra du moteur utilisé et du poids du cycliste. Cependant, en raison de la complexité des composants, les batteries lithium-ion actuelles ne sont pas recyclables. De plus, l’utilisation de telles batteries a un impact direct sur la consommation des ménages. Si de nombreux vélos électriques sont connectés en même temps, la consommation électrique du ménage augmente, d’où un accroissement de la production d’électricité et de la pollution indirecte. De ce fait, pour répliquer à la forte demande en électricité, les centrales électriques ont l’habitude d’employer des ressources plus polluantes, comme le pétrole ou le charbon.

Pourtant, il existe plusieurs alternatives qui présentent moins de risques pour l’environnement et ont une durée de vie plus longue. Par exemple, les batteries sodium-ion sont des batteries non-compactes qui peuvent être utilisées dans les vélos électriques. Une autre alternative est la batterie zinc-air à énergie solaire, qui accumule de l’énergie à l’aide de l’oxydation du zinc. Cependant, il charge plus lentement. L’impact écologique du vélo électrique est donc une solution idéale pour les trajets courts à moyens. Il est respectueux de l’environnement et améliore le confort de vie de l’utilisateur.

Trouver un magasin de vélo pas cher en ligne
Les critères pour choisir son vélo électrique léger